Laufende Forschungen

Ausgabe 13

Puissances abakuás et pouvoir politique à la Havane

Entre institutionnalisation et contestation

Seite 158
Géraldine Morel-Baro Diaz

Apparue en 1836 dans le port de Regla, en face de la Vieille Havane, la société secrète abakuá est un phénomène religieux urbain strictement confiné à l’ouest de l’île de Cuba, à savoir les villes portuaires de Matanzas, Cárdenas et La Havane. Ses membres sont triés sur le volet selon des critères en vigueur dans le milieu populaire havanais (une bravoure à toute épreuve, un sens du devoir envers les autres abakuás, des pratiques sexuelles irréprochables et une masculinité exacerbée et revendiquée). Confrérie à but charitable ou encore «maçonnerie noire» (Ortiz 1952), cette institution très hiérarchisée est divisée en plusieurs «puissances» (potencias) ou «jeux» (juegos) reliés entre eux par des liens de filiation ou de parrainage. Le fait d’appartenir à cette organisation secrète est source de prestige dans les bas quartiers havanais et au sein de toute une frange de la population urbaine désignée par le terme d’ambiente («ambiance»).