Laufende Forschungen

Ausgabe 19

(Auto)contruire son quotidien

Quelques pratiques et techniques contemporaines du savoir-vivre nomade

Seite 126
Maude Reitz

La recherche que je mène depuis 2013 s’inscrit dans une époque où sévit en France et à l’échelle européenne une grave crise du logement caractérisée par une inadéquation entre l’offre et la demande rendant ce dernier inaccessible pour une large part de la population, surtout dans les grandes villes. Dans les pays industrialisés, se dessinent ainsi parallèlement de nouvelles formes de précarité sociale et de pauvreté ainsi qu’une mouvance de retour volontaire vers des modes d’habiter plus nomades (Jeanjean & Sénépart 2011), révélant le grand paradoxe des villes contemporaines, qui à la fois fabriquent et rejettent l’itinérance. L’habitat mobile s’inscrit dans une longue chaîne d’habitats qualifiés de «non-ordinaires» ou «hors-normes» et englobe, outre l’habitat mobile proprement dit, l’habitat précaire ou provisoire, ces dimensions pouvant par ailleurs se recouper. Niché au cœur de friches urbaines ou loin des centres-villes, sur les bords de route, entre campements éphémères et lisières de forêts, il est envisagé et pratiqué comme résidence permanente par certains et constitue pour d’autres une solution d’hébergement temporaire.