Laufende Forschungen

Ausgabe 19

En attendant une place d'apprentissage

La prise en charge des «jeunes chômeurs peu qualifiés»

Seite 121
Eva Nada

En Suisse, depuis le milieu des années 1990, la question des jeunes peu qualifiés, souvent étiquetés comme des personnes «en rupture de formation», «en diffi culté», «décrocheurs», est construite comme un problème social. Aujourd’hui la formation «certifiante», c’est-à-dire couronnée par un diplôme du post-obligatoire (attestation de formation professionnelle, certifi cat fédéral de capacité, maturité professionnelle ou générale), est devenue une condition nécessaire, mais pas suffi sante, pour intégrer le marché du travail (Lefresne 2003). Autrement dit la formation constitue une garantie minimum contre la précarité et la pauvreté (Flückiger 2007). Ainsi les jeunes qui ne poursuivent pas leur formation après la scolarité obligatoire sont devenus un souci politique majeur et font l’objet de multiples interventions étatiques (Amos et al. 2003, Behrens 2007). Certaines de ces interventions s’inscrivent dans les politiques de formation, d’autres dans les politiques sociales ou les politiques de l’emploi. Elles sont mises en oeuvre à un niveau local au plus proche des territoires, d’autres dépendent de législations fédérales et de politiques mises en oeuvre à un niveau national ou international.