Dossier

Ausgabe 21

Introduction au dossier / Einführung ins Themenheft

Seite 4
Annamaria Colombo, Giada de Coulon, Monika Litscher

Vidéo-surveillance, couvre-feu, aménagement de mobilier urbain encourageant la mobilité, revitalisation des quartiers du centre-ville, présence policière accrue, lois anti-mendicité, mesures d’éloignement… Dans la plupart des villes du monde, y compris en Suisse, on observe une augmentation de la régulation et du contrôle des espaces publics (rues, parcs, places, etc.) ou « semi-publics » (centres d’achat, campus, terrains de sport, etc.). Elle se manifeste notamment par des dispositifs de contrôle des frontières et de discipline (surveillance policière, service de sécurité, etc.), d’encouragement à la mobilité (notamment à travers l’aménagement urbain), de campagnes éducatives/interventionnistes (par exemple www.igsu.ch), ainsi que des dispositifs légaux (Doherty et al. 2008). Souvent, ces transformations s’accompagnent d’un marketing urbain et d’efforts pour atteindre le haut des classements mondiaux de qualité de vie (par exemple celui de Mercer Global Consultancy). Dans les lieux publics, cela se concrétise notamment à travers des mises en scène, des évènements, des expériences proposées et des aménagements urbains conçus pour accueillir en priorité des groupes de personnes ciblées.

Videoüberwachung, Ausgangssperre, Stadtplanung zugunsten der Mobilität, Aufwertung der Innenstädte, verstärkte Polizeipräsenz, Gesetze gegen das Betteln, Wegweisungsmassnahmen ... – In der Mehrzahl der Städte weltweit, auch in der Schweiz, findet eine Erhöhung der Regulierungsdichte und der Überwachung der öffentlichen Räume (Strassen, Parks, Plätze etc.) und der „quasi-öffentlichen“ Räume (Einkaufszentren, Campus, Sportplätze etc.) statt. Sie manifestieren sich etwa als Grenzkontrollen und Disziplinierungsmassnahmen (polizeiliche Überwachung, Security etc.), als Stimulierung der Mobilität mittels städtebaulicher Massnahmen, Sensibilisierungs- und Informationskampagnen (z.B. www.igsu.ch) sowie als gesetzliche Dispositive (Doherty et al. 2008). Begleitet wird dieser Wandel oft von Bemühungen im Standortmarketing und vom Streben an die Spitze des Rankings der "Städte mit der besten Lebensqualität weltweit" (z.B. Mercer Global Consultancy) zu gelangen. Im öffentlichen Raum konkretisiert sich dies in einer Zunahme von Inszenierungen, Events, Erlebnismöglichkeiten und einer Stadtgestaltung, die erwünschte Menschen willkommen heissen.

Monika Litscher a fait ses études d’ethnologie, de folklore et de droit international public a l’université de Zurich et de Bruxelles. Avec «Scéneries urbaines» elle a gagné son PhD a l’Institute des Cultures Populaires a l’université de Zurich. Comme professeure à la Haute école de travail social à Lucerne elle était chargé de sujets espace urbain, développement urbain, urbanisme, inclusion et exclusion de l’espace public. Dans ce domaine elle a publié en 2012 un ouvrage intitulé «Mesures d’éloignement des espaces publics urbains». Actuellement elle travail comme chercheuse urbaine et culturelle et réalisatrice, elle est maître de conférence et chercheuse dans le domaine interdisciplinaire et elle répond de domaine des sciences humaines, culturelles et sociales à l’université de Liechtenstein.
monika.litscher@uni.li

Giada de Coulon est docteure en ethnologie, diplômée de l’université de Neuchâtel en 2015. Sa thèse a porté sur les questions de perception de légalité chez les requérant-es d’asile débouté-es inscrit-es au régime de l’aide d’urgence. Depuis 2013, elle est engagée comme chercheuse à la Haute école de travail social de Fribourg (HETS FR). Elle y a participé à une recherche qualitative portant sur les représentations du partage de l’espace public, en lien avec l’interdiction de mendier à Genève. En 2015, elle mène une recherche ethnographique envisageant une compréhension intersectionnelle de la posture des dealers de quartier aux Pâquis.
giaddecoul@gmail.com

Annamaria Colombo est détentrice d’un master en Travail social et politiques sociales de l’Université de Fribourg et d’un doctorat en Etudes urbaines de l’Université du Québec à Montréal. Elle est actuellement professeure à la Haute école de travail social de Fribourg (Haute école spécialisée de Suisse occidentale, HES-SO). Ses champs d’expertise sont les marginalités urbaines et juvéniles et ses recherches s’intéressent notamment aux questions d’identité, de reconnaissance sociale, de sortie de la rue, de comportements dits «à risque» (en particulier chez les jeunes) et de rapport à l’espace des populations marginalisées (jeunes de la rue, SDF, squatteurs, mendiants). Elle a publié en 2015 un ouvrage intitulé «S’en sortir quand on vit dans la rue. Trajectoires de jeunes en quête de reconnaissance».
annamaria.colombo@hefr.ch