Essais en anthropologie visuelle

La rubrique «Essais en anthropologie visuelle» accueille des contributions qui concernent les images et plus spécifiquement des productions visuelles, quels que soient leurs modes de présentation et les horizons sociaux et culturels auxquels elles appartiennent. Cette orientation éditoriale peut prendre deux directions principales : les travaux publiés pourront traiter, d’une part, de questions relevant de la visualité ou de la visualisation et, d’autre part, privilégier des questions relevant plus spécifiquement de la recherche en anthropologie. Les images sont, ici, comprises comme un moyen de connaissance permettant, par exemple, la production d’une documentation ou de notes visuelles réalisées au cours d’un travail de terrain. Les images peuvent être aussi à l’origine et au centre d’un projet anthropologique interdisciplinaire ou collaboratif en relation avec des préoccupations muséographiques, sociales, politiques, artistiques, etc.

Familiers des débats relatifs à la valeur documentaire des images et à leurs conditions de production et d’interprétation, nous avons toujours été attentifs au «piège de l’objectivité», à la question de la construction sociale et de la sélectivité de la production et de la réception des documents visuels, particulièrement en matière de photographie. C’est pourquoi la rubrique est également un espace de discussion et de proposition offrant aux auteur-e-s la possibilité de participer et d’apporter leurs contributions aux différents débats en cours.

Comme le nom «Essais en anthropologie visuelle» l’indique, les auteur-e-s jouissent d’une liberté plus grande comparée aux autres rubriques. Aussi, c’est moins la méthode que la réflexion personnelle qui y sera privilégiée.

Les travaux des chercheurs et chercheuses, des enseignant-e-s, des artistes, des muséographes et plus largement des praticien-ne-s de l’image trouveront dans cette rubrique un lieu de publication qui n’est pas seulement dédié aux images photographiques mais également ouvert à d’autres techniques comme par exemple le dessin, à leur combinaison et à des dispositifs de présentation innovants. Le texte faisant partie des images explique et complète les images et décrit le contexte de la production et peut, en plus, aborder des questions théoriques de l’anthropologie visuelle.

L’édition imprimée de Tsantsa ne peut reproduire que des images en noir et blanc, par contre dans la version en ligne, les images peuvent être publiées en couleur. Le nombre d’images se situe normalement entre dix et quinze et le texte correspondant ne devrait ordinairement pas dépasser les 13'000 signes.

Les directives de présentation des articles «Essais en anthropologie visuelle» sont disponibles sous «directives aux auteurs».

  • Boris Boller
  • Alice Sala
  • Valerio Simoni
News